20 Alpine exposées à Bergerac

A l'occasion de la 35° édition bourse échange de Bergerac, les 28 févirer et 1er mars 2009, Patrick Fourestié, vice président du CABACO réunissait plus de 20 Alpine !

Read more...
 

Last News

With the FARNaute, Christian Blois and FAR, le Russenberger company will make for the last time, a serie of switches for Alpine A310 1600, Alpine A310 V6 and Alpine A110 1600SX last version.

Read more...
 

Français - English ?

Galleries on AR

D130D9DC342A-34.jpg

Models on FAR

miniatures_010.jpg
Home arrow News arrow Rallye - Tracks arrow Coupe des Alpes 2007
Coupe des Alpes 2007 Print E-mail
Written by Patrick Seitert   
12-28-2007
Article Index
Coupe des Alpes 2007
Sur la route d'Evian
1ère étape : Evian - La Clusaz
2ème Etape : La Clusaz - Evian les Bains
3ème étape : Evian Les Bains - Alpine d'Huez 
4ème étape : Alpe d'Huez
Epilogue

1ère étape : Evian- La Clusaz

La couleur jaune n’est pas une garantie de bonne conduite – En montagne il faut des chevaux…mais attention aux chèvres ! – Comment se perdre avec un road-book

La première étape est assez courte (147 Kms) et ne comporte que trois cols , le Corbier(1235m), la Joux verte (1760m) la Ramaz (1557m) une mise en bouche en quelque sorte, histoire de bien s’habituer aux petites astuces du road-book toujours relativement bien fait par les organisateurs. Daniel est un peu crispé car c’est sa première expérience et puis comme moi à chaque départ d’une épreuve historique il est écrasé par le poids du passé ce sentiment que nous mettons nos pas dans ceux des géants comme Vinatier, Larousse…

Les voitures partent de minute en minute et les organisateurs nous ont bien demandé de bien respecter les limitations en particulier dans les agglomérations. Donc la sortie d’Evian se fait à allure paisible ce qui permet à Daniel de se familiariser avec le road-book et après un rond-point c’est l’embouteillage car suite à des travaux et une route fort mal pavée la caravane monte au pas bien sagement…quand klaxon strident, moteur dans les tours nous sommes doublés par un bolide jaune, une Ferrari BB512de couleur  jaune !! qui au mépris du code de la route et de celui de bonne conduite entre gentlemen (car la voiture projette des gravillons) cherche et réussit à passer en tête !!!J’ai doublement honte, un car l’équipage est français, deux car la voiture est de couleur jaune, comme quoi la couleur ne fait pas le gentleman !!! Nos amis de la Lancia Zagato seront particulièrement remontés car leur carrosserie rutilante a été victime d’un éclat.

Comme le beau temps est de la partie et qu’il commence à faire chaud même en altitude je consulte attentivement mes manos de température d’eau et d’huile (cf. les ennuis de chauffage dans l’édition précédente) mais les aiguilles restent stationnaires dans les normes admises et sur la route libérée je peux donner toute la puissance du 1600 tous les chevaux étant les bienvenus pour se relancer en seconde à la sortie des épingles. Quand le parcours ne pose pas de pièges en relation avec le road-book nous essayons de calculer à la louche le nombre de chevaux de toutes les voitures engagées, et une estimation de 20000 CV SAE nous semble fort raisonnable quand à l’entrée d’un petit village avant le sommet du col de la Joux verte, à nouveau gros embouteillage, au ralenti, en première. Cette fois il ne s’agit point de travaux mais d’un troupeau de chèvres qui a décidé de se régaler des fleurs des différents pots et jardinières pour le plus grand malheurs des propriétaires des chalets et la plus grande joie du photographe de l’organisation qui peut ainsi « shooter » à bout portant chaque concurrent.

L’ami Daniel me demande pourquoi il y a aussi peu d’Alpine (en dehors de jaune vanille, une seule A310) et autant de Porsche, autant d’étrangers (Suisses, Allemands, Italiens) et aussi peu de nationaux.La Finance, la Finance mon bon Monsieur. Ces dernières années les organisateurs sont entrés dans un cercle vicieux, voulant affirmer le caractère prestigieux de la Coupe et attirer les étrangers et des belles voitures, ils ont soigné les prestations offertes et le droit d’inscription s’en est ressenti… écartant du coup les « populaires « et bon nombre de propriétaires d’Alpine (8 en 2006, 2 seulement cette année).

Mais nous sommes déjà dans le centre de la Clusaz où chaque voiture est accueillie au contrôle d’arrivée par le speaker qui décrit pour les nombreux curieux les caractéristiques de chaque machine, une initiative très sympathique et très appréciée.Je félicite Daniel pour nous avoir correctement piloté, puisque nous avons passé tous les contrôles…et du coup il se perd dans les petites rues et nous galérons pour retrouver notre hôtel.

Au dîner nous nous retrouvons à table avec l’équipage de la Ferrari 250 GT Lusso et son propriétaire le truculent  sieur Brossette se révèle être un merveilleux conteur qui après avoir pesté contre l’outrecuidant de la Ferrari jaune, nous raconte avec chaleur, enthousiasme, et passion les nombreuses galères rencontrées avec son bolide…qu’il aime malgré tout En si bonne compagnie je prends volontiers le relais et à mon tour je m’épanche sur la vie mouvementée de ma Jaune Vanille. Au dessert intervention hautaine d’un propriétaire helvète de Porsche (que pour la suite du récit nous avons  baptisé Helmut Spountz)  qui nous assène d’un ton docte qu’il ne comprend pas pourquoi nous acceptons de telles imperfections et que bref en dehors de la 911 point de salut. Cela jette un froid parmi la tablée, cependant comme on le verra dans la suite de ce récit, cette intervention intempestive et malvenue entre gens de bonne compagnie aura une suite inattendue et quelque peu hilarante.
Il est grand temps de se quitter car demain on attaque vraiment les Alpes  avec un menu copieux pour nous mener à l’Alpe d’Huez, après un arrêt pour le déjeuner à Evian les Bains aux bords du lac du Bourget.


Court repos après un contrôle et une halte rafraîchissement dans la descente du Col de la Joux Verte.    


 
< Prev   Next >