Alpine M63

Pour le grand public, Alpine c'est avant tout le rallye ! Mais dès 1963, sous l'impulsion de Jean Rédélé et de José Rosinski, Alpine s'est engagé en Endurance. Vincent Lanthony reprend ici l'historique des premiers modèles d'endurance.

Lire la suite...
 

Dernières Nouvelles

Sous l'impulsion de Christian Blois et du FAR, la société Russenberger lance une dernière fabrication d'interrupteurs pour Alpine A310 L4 et V6 et Alpine A110 1600 SX dernière version. 

Lire la suite...
 

English - Français ?

Galeries sur AR

BD256B3467F8-34.jpg

Miniatures sur le FAR

miniatures_013.jpg
Accueil arrow Magazine arrow Hommes arrow Alpine par Gérard Larrousse
Alpine par Gérard Larrousse Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Auto Passion   
03-11-2005

Gérard Larrousse a connu les rallyes et les courses sur circuit, de la Dauphine 1093 à la Formule 1 1500cc Turbo. Son avis technique sur les modèles qu'il a conduits est très intéressant.

Renault Dauphine

Aujourd'hui, une berline sportive fait au moins 50cv de plus qu'une berline ordinaire. La 1093 devait faire 10cv de plus qu'une Dauphine Gordini. Pour le reste, en tout et pour tout il y avait un compte-tours rapporté dans le vide-poches à gauche. Le moteur avait une tubulure et un arbre à cames spécial, c'est tout. On était toujours handicapés en puissance, Renault n'ayant jamais su sortir un moteur puissant à cette époque-là, alors que les Anglais, eux, savaient la faire. Mais la 1093 vous apprenait à conduire ; il y avait très peu d'adhérance, elle se mettait sur le toit très facilement. J'en ai mis quelques-unes sur le toit, d'ailleurs.
(Auto Passion n° 108)

Renault 8 Gordini

Par rapport à la 1093, déja un autre monde : elle faisait tout de même 90cv ! La mienne était préparée à nouveau par Bozian, avec un bon moteur et bonne boîte de vitesses. Le moteur marchait bien. Mais là encore, en puissance, c'était un peu en deça de la concurrence. Avantage par rapport à la 1093, elle avait des freins à disques, un moteur à culasse hémisphérique, deux  gros carburateurs Weber. C'est la seule voiture que j'ai gardée et j'en ai une en parfait était de marche ; quand je la prends, je ne trouve pas que ce soit le moteur qui fasse le plus ancien ; c'est plutôt la tenue de route qui est d' 'époque'. Alors là, c'est impressionnant et totalement obsolète : vous avez un train avant et un train arrière, les deux sont désolidarisés complètement. En plus, ça ne freine que sur les freins avant. C'est encore une voiture très amusantes à conduire aujourd'hui.

Alpine A110

J'ai utilisé toutes les versions de la Berlinette : 1150, 1300, 1440, 1600, 1800... Alors ses qualités principales, c'est facile à dire : d'abord, d'être une petite voiture, pas large, on est très serré dedans. Or, une petite voiture, ça va très vite sur une petite route ! L'Alpine étatit fantastique pour les rallyes, elle avait une excellente motricité, tout le poids était pratiquement sur l'arrière, avec le moteur en porte-à-faux, et donc une tenue de route, je dirais, moyenne, mais dont on pouvait éventuellement tirer parti du fait de sa grande maniabilité ; ce qui la rendait efficace en permettant de la placer pour sortir du virage le plus vite possible. En plus, elle était très bien motorisée, plutôt même surmotorisée que le contraire.
(Auto Passion n° 108)

Alpine A210 et Alpine A220

J'ai conduit des protos A210 avec Patrick Depailler et avec Henri Grandsire. C'était plus une voiture de course, pour les circuits, avec son moteur central et ça commencait à tenir la route correctement. Pas très performante non plus, les moteurs restant limités en cylindrée. Il y avait une approche aérodynamique importante, quoique imparfaite puisque à l'époque on en connaissait pas tous les éléments. Marcel Hubert travaillait d'arrache-pied là-dessus, rivalisant avec Charles Deutsch chez CD. Mais ils privilégiaient beaucoup le Cx en s'occupant peu du Cz. C'est ainsi qu'il y a eu tous ces accidents chez Alpine (avec l'A220) et aussi chez Matra. Les gens frisaient toujours la catastrophe avec des voitures à la limite du décollage. La 3 litres a été très dangereuse et j'ai eu de la chance de m'en tirer. Au Mans, Mauro Bianchi a eu un accident grave et Henri Grandsire a pulverisé notre voiture. Pas par leur faute : à chaque fois qu'on prenait la bosse avant Mulsanne, elle décollait.
(Auto Passion n° 10)

 
< Précédent   Suivant >